Enfin ! Nous avons trouvé le temps d’organiser ce voyage au Gujarat que je rêvais de visiter depuis plusieurs années ! Le Rajasthan c’est beau oui mais, tellement touristique ! Envie de voir quelque chose s’en approchant mais qui aurait su garder toute son authenticité.
Concernant les découvertes, le voyage a tenu ses promesses.

La ville d’Ahmedabad s’est révélée intéressante à plus d’un titre.


Swaminarayan Temple

Le Heritage Walk auquel nous avons participé un matin depuis le Swaminarayan Temple nous a permis de découvrir la vieille ville aux ruelles étroites, où il doit être difficile de trouver un peu d’intimité. Mais en contrepartie, un quartier qui fonctionne telle une grande famille : tout le monde se connait, prêt à aider son voisin… Une ambiance de village en milieu urbain. Notre jeune guide, à l’accent Gujarati trrrrrès prononcé mais érudit, nous a conduit dans ce dédale pendant près de deux heures jusqu’à la grande mosquée Jama Masjid. Une visite à ne pas manquer.

Vieil Ahmedabad

A l’issue de la visite, n’ayant pas petit déjeuné, à 10h, nous avons cherché un endroit pour bruncher et face à la très raffinée mosquée Sidi Sayad, nous avons choisi The Green House, restaurant en plein air d’un grand hôtel Heritage : le plus cher repas de tout le séjour… et de très loin !


Sarkhej Roza

Une des plus belles découvertes autour d’Ahmedabad fut Adalaj où se trouve un puits à 3 niveaux, méticuleusement travaillé et merveilleusement conservé ! Nous en verrons d’autres pendant le séjour. ( il en existe un aussi à Delhi, beaucoup moins raffiné, à proximité de CP et du Gurudwara). Comme souvent en Inde, le lieu en soi est déjà très beau mais les nombreux visiteurs indiens qu’on y rencontre apportent un charme particulier. Tous veulent être pris en photo avec nous, pourquoi c’est un mystère !! Si vous êtes blond aux yeux bleus, alors là je ne vous dis même pas le succès! Les couleurs chatoyantes de leurs vêtements, leur sourire et leur envie de partager… contrastent souvent avec les touristes étrangers, les yeux rivés sur leur objectif prédateur ! Les indiens sont très ouverts et curieux, ils ont gardé cette spontanéité que l’on a enfant et qu’au fil des années et des inhibitions on perd souvent malheureusement…


Adalaj

Au retour nous nous sommes arrêtés à l’ashram de Gandhi, situé dans un endroit paisible au bord de la rivière Sabarmati, d’où ont commencé plusieurs de ses actions non violentes. On y a vu le fameux rouet, ainsi que son lieu de résidence avec sa femme Kasturba : réduit à 4 murs, une paillasse et pas de meuble… Le site est très documenté, avec de nombreuses explications sur son parcours politique, la Marche du Sel etc… La visite aurait demandé plusieurs heures, mais nous étions fatigués par la chaleur, la fatigue du voyage, le jetlag (nous sommes arrivés ce matin!)… on a donc abrégé.


Ashram de Gandhi

Nous avons quitté Ahmedabad pour vivre un très grand moment : la montée aux temples de Palitana. Au sommet d’une colline se trouvent des centaines de temples jaïns auxquels on accède en grimpant près de 4000 marches ! A 40 degrés, vous imaginez le défi… Certains n’osent pas ou ne s’en sentent pas capables et louent des porteurs qui suent à grande eau pour les hisser au sommet ! D’autres patiemment montent une à une les marches jusqu’au sommet, en plein soleil, profitant des nombreuses haltes aménagées à l’ombre où de l’eau est gracieusement distribuée à ceux qui souhaitent se désaltérer… Certes on aura fait la montée à pied mais on en ressentira les courbatures pendant plusieurs jours ! L’effort en valait la peine bien sûr. Encore ici, peu de touristes et bcp bcp de pélerins. Très belle atmosphère…

Continuant vers le sud du Gujarat, Diu, petite enclave, est situé au bord de la mer.Il faut savoir que le Gujarat est un état végétarien où l’alcool est proscrit : évidemment si on y met les moyens, on trouve sans doute viande ou alcool. En revanche, à Diu, aucune interdiction. Donc mieux vaut éviter la saison touristique indienne pendant laquelle beaucoup visitent Diu dans le seul but de s’enivrer !! Par chance, nous y sommes restés en basse saison. Peu de monde, une ambiance agréable et détendue. Plages cependant pas franchement propres…


Entrée à Diu

Les centres d’intérêt principaux sont les petits ports de pêche comme Vanakbara : arrivés après le retour des chalutiers, nous avons pu assister à la vente du poisson en gros par les pêcheurs et les négociants, vu les poissons mis à sécher sur des étendoirs, la préparation de la glace pour conservation du poisson juste pêché, les femmes vendant la pêche du matin aux particuliers… De très beaux tableaux, incredible India !




Evidemment les odeurs sont fortes et tenaces ! Mais les couleurs chatoyantes et gaies…

La visite de Diu est intéressante avec dominant la mer son fort, vestige de l’occupation portugaise de même que certaines vieilles propriétés coloniales. L’ensemble est bien moins conservé qu’à Goa mais est paisible et ne manque pas de charme.

A proximité, nous avons découvert le merveilleux petit temple de Gangeshwar dédié à Shiva avec ses 5 lingams : petit autel abrité sous un rocher régulièrement arrosé par les vagues… Endroit assez magique, visiblement très fréquenté par les jeunes couples indiens en lune de miel… Om Nama Shivai !


Fort de Diu

Eglise catholique



Temple dédié à Shiva


Après une halte dans l’impressionnant port de pêche de Veraval, nous découvrirons encore un endroit sacré et débordant d’une énergie palpable : le temple de Somnath que nous visiterons les uns après les autres, devant laisser tous nos sacs et affaires à l’extérieur. Pas grave, en attendant on en profitera pour déguster un délicieux Masala Dosa accompagné d’un non moins délicieux verre de buttermilk ! J’en ferai une consommation abusive pendant 15 jours !






Baba au temple de Somnath



Un village africain, non vous ne rêvez pas!

Au Gujarat, voisin du Rajasthan, il y a aussi de nombreux palais… Magnifiques ! Et sans touristes, excepté un groupe de touristes italiens qu’on a plus ou moins suivi pendant plusieurs jours. Wankaner, Gondal, Junagadh… j’en oublie sans doute ! Par chance, Himalayan Frontiers nous a fait loger quand c’était possible dans d’anciens palais, comme au Rajasthan. Souvent nous y étions seuls ! Le palais rien que pour nous ! Nous avons eu ainsi droit à des visites par le personnel, très amical. A Muli nous avons même rencontré la fille du Maharajah, une femme très belle, très distinguée qui est venue nous accueillir…


Sur la route de Bhuj et du Kutch

Wankaner


Junaghad

Remontant vers le nord ouest, nous avons fait une grande traversée du désert, hyper industrialisé par endroit (sur 25km des usines de carrelage en tout genre et toute taille!!) pour arriver à Bhuj, dans le Kutch : point fort du voyage, c’était cette région qui m’attirait au Gujarat. Les ethnies, l’artisanat, l’habitat…

Bhuj

La région du Kutch qui nous a un peu laissé sur notre faim : certes, nous avons vu des femmes en costumes traditionnels, Ahari tout d’abord. Par chance en passant, nous sommes tombés sur plusieurs grands rassemblements religieux ! Un monde fou y participait et les femmes étaient toutes habillées en costume traditionnel, éclatants. Toutes plus engageantes les unes que les autres, elles venaient nous chercher pour nous inviter à partager ce moment au plus près de la scène et de l’orateur ; authentique à 100% !



Puis nous avons rencontré les femmes Rabari, notamment celles devenues sédentaires et installées à proximité de Mandvi … aux portes d’une énorme usine TATA centrale électrique au charbon ! Pas très glamour… Elles nous ont fait une démonstration de leur art, là aussi c’était du vrai de vrai. Nous avons discuté avec elles, les conseillant sur le type de modèles de vêtement ou de pièces d’artisanat à présenter aux touristes pour espérer les leur vendre, car leur corsage hyper sexy et travaillé a peu de chance de trouver preneur ! Ont-elles compris le message ??

Par contre dans d’autres villages, nous avons vu des femmes magnifiquement habillées mais avec la désagréable impression que toutes attendaient le touriste pour lui vendre des produits, souvent très beaux, fabriqués on ne sait pas où (on n’a presque jamais vu d’artisans travailler !) et à des prix plutôt très élevés !










Pour finir, nous avons visité un des plus beaux sites de tout le Gujarat : le temple du soleil Sureyia à Modeira, une merveille de dentelle de pierre en excellent état malgré son grand âge (plus de 1000 ans). Et à Patan, le puits Rani ki Vav, construit pour une reine du 11è siècle, sur 65m de profondeur et 4 niveaux, sans un cm de pierre qui ne soit pas travaillé ! Des chefs d’œuvre d’une grande esthétique et des prouesses vu les moyens dont disposaient les artisans de l’époque !


Onagres du Rhan of Kutch


Détail du Puit Rani ki Vav

Puit Rani ki Vav




Modhera

Vous l’avez compris, le Gujarat possède une population vraiment chaleureuse, de nombreuses richesses culturelles qui justifient qu’on y séjourne au minimum 2 semaines (car même si les routes sont le plus souvent excellentes ! les distances à parcourir sont grandes).
Ce fut un voyage qui a tenu toutes ses promesses : très dense, très intéressant, esthétiquement très beau, avec des moments très forts…
Pour en ressentir toute la beauté initiale, il ne faut cependant pas trop tarder à s’y rendre…